Recherche
Provence Holidays

Admirer le spectacle de la nature

La forêt

Rien que des feuilles

La forêt en Provence-Alpes-Côte d’Azur représente 9,4 % de la forêt française. Avec 1,5 million d’hectares, la région est la deuxième la plus boisée de la métropole après la Nouvelle-Aquitaine. L’influence des climats méditerranéen et montagnard apporte une grande variété à la forêt provençale. Parmi les espèces dominantes, on retrouve le cèdre et des résineux comme le pin sylvestre en montagne, le pin d’Alep et le pin noir dans les espaces plus méditerranéens. Le mélèze d’Europe est également un résineux mais sa particularité est d’être le seul de son espèce dont les aiguilles deviennent jaune d’or, puis rousses avant de tomber et de former un tapis au sol. Les feuillus sont les stars de la saison : le chêne pubescent, le chêne vert, le hêtre et le châtaignier se parent de magnifiques couleurs allant du jaune au marron en passant par le rouge cuivré. C’est le moment idéal pour une balade sous les frondaisons !

Des lieux enchanteurs

La Provence regorge d’espaces forestiers. En voici quelques-uns qui ne vous laisseront pas indifférent !

Dans les Alpes-de-Haute-Provence :

  • la forêt domaniale du Haut-Verdon et ses mélèzes, près de Colmars
  • la forêt domaniale de Mallemoisson, près de Digne-les-Bains

Dans le Var :

  • la hêtraie d’Aiguines, dans le Parc naturel régional du Verdon
  • la forêt du massif des Maures, un endroit forestier unique et magique, peuplé de châtaigniers de chênes-lièges et de pins maritimes !
  • le parc Estérel dans le massif de l’Estérel
  • la forêt des Pugets

Dans le Vaucluse :

  • la forêt départementale de Sivergues
  • la forêt des Cèdres du petit Luberon
  • le parc Estérel dans le massif de l’Estérel 

Dans les Bouches-du-Rhône :

  • le domaine forestier du Parc des Alpilles
  • la montagne Vautubière, entre Rians et Jouques
  • le massif de la Sainte-Baume

Dans les Alpes-Maritimes :

  • le Parc du Mercantour
  • le massif de la Sainte-Baume

Pour se faire plaisir

S’initier à la sylvothérapie: cette pratique ancestrale consiste à améliorer son bien-être au contact des arbres, prévenir et rééquilibrer l’organisme aux niveaux mental, émotionnel et physique.

Pour en savoir plus, lisez : Ces arbres qui nous veulent du bien, de Laurence Monce, aux éditions Dunod, 2018 :

Dans ce livre, la sylvothérapeute Laurence Monce vous invite à la suivre pour une promenade en forêt qui changera votre regard sur les arbres, et vous fera découvrir leurs incroyables bénéfices sur la santé. Avec un beau talent de conteuse, Laurence Monce vous livre tous les secrets qui lui ont été confiés et vous fait rencontrer ces arbres qui vous veulent du bien.

Les champignons

Rien que des fruits

Avec l’automne débute la saison des champignons. Ils sont partout, à condition d’ouvrir grand les yeux, car ils se cachent dans les prés, dans les bois et les clairières, et même dans les taillis. Après les fortes chaleurs, la pluie et les températures modérées engendrent les conditions idéales pour leur apparition. Cèpes, girolles, trompettes de la mort, lactères, amanites des Césars, grisets du Ventoux, sanguins, pieds-de-mouton… les sols de Provence regorgent de ces précieux végétaux ! Attention, pour les dénicher, sachez qu’ils aiment les endroits chauds et humides, que les cèpes préfèrent les zones ombragées et riches en mousse, et qu’ils sont nombreux à pousser sous les pins, les hêtres et les chênes.

Des lieux enchanteurs

Où trouver les meilleurs coins à champignons ? Vaste question qui reste  sans réponse si vous la posez à un cueilleur aguerri. Car chacun a ses endroits secrets, jalousement gardés. Voici donc des lieux où les champignons poussent chaque année. A vous de trouver vos propres coins lors d’une balade seul, en famille ou entre amis ! Tout le plaisir réside dans cette quête !

Dans le Luberon :

  • les champignons se concentrent sur le plateau d’Albion et vers Roussillon.
  • les bois d’Uchaux sont un petit paradis pour la cueillette !

Dans les Alpes-de-Haute-Provence :

  • les forêts communales du Fugeret et Méailles
  • la forêt domaniale de Glandève

Dans le Var :

  • la forêt du massif des Maures

Dans les Bouches-du-Rhône :

  • le domaine forestier du Parc des Alpilles
  • la montagne Vautubière, entre Rians et Jouques
  • le massif de la Sainte-Victoire

 Dans les Alpes-Maritimes :

  • le Parc du Mercantour

Si vous vous découvrez une soudaine passion pour les champignons et que vous souhaitez affiner vos recherches, consultez le site chasseursdechampignons.com. Il propose des cartes interactives et payantes pour découvrir les meilleurs coins à champignons.

Attention :

  • La cueillette des champignons d’automne correspond à l’ouverture de la chasse. Faites très attention lors de vos sorties.
  • Si vous avez un doute sur un champignon que vous avez ramassé, ne vous fiez qu’à un spécialiste : adressez-vous à un pharmacien ou à une association mycologique, il en existe dans tous les départements.

Pour se faire plaisir

Un cours : l’Association mycologique d’Aix-en-Provence propose des cours pour tout savoir sur les champignons.
Association mycologique d’Aix-en-Provence, parc Saint-Mitre, villa Clair-Matin, 166, avenue Jean-Monnet, à Aix. Renseignements au 06 10 35 69 28 ou 06 22 25 13 75 et sur le site amaix.e-monsite.com.

Un livre : Champignons de Provence, de Didier Borgarino et Christian Hurtado, Edisud, 2006.
Présentant plus de 300 espèces photographiées dans leur environnement naturel, cet ouvrage permet d’identifier la plupart des champignons que l’on peut rencontrer en Provence et dans les régions du pourtour méditerranéen. Des clés d’orientation simples, de nombreux dessins, des descriptions par famille et par espèce, des remarques sur la comestibilité et la toxicité intègrent les connaissances les plus récentes. Vous trouverez également quelques conseils pour la préparation, la cuisson, et la conservation des espèces comestibles.

Un site : guidedeschampignons.com

Ce site, très instructif, vous propose une fiche pour chaque champignon, avec une description, des anecdotes scientifiques et des photos.

Les châtaignes

Rien que des fruits

La châtaigne est un fruit emblématique du sud de la France qui est très apprécié pour ses saveurs. Elle se récolte à partir du mois de septembre jusqu’au début de novembre. Un sol jonché de feuilles indique que le moment de ramasser les fruits est venu. Attention à bien faire la distinction entre la châtaigne, fruit plutôt petit, triangulaire et aplati, dans une bogue, hérissée de nombreux piquants, qui s’ouvre en 4 pour libérer ses fruits et le marron, plus gros, plus rond et plus lisse, dont la bogue possède des épines molles et courtes et s’ouvre en 3. A ne pas confondre avec le marron d’Inde, qui, lui, est toxique ! La châtaigne a longtemps été un produit de base de l’alimentation quotidienne en Provence. Cet aliment énergétique remplaçait les céréales. On la consomme grillée sous la cendre ou dans une poêle avec des trous, bouillie ou grillée au four. On l’utilise également pour faire de la farine, de la confiture, de la crème et même de la bière ! Alors, à vos paniers !

Des lieux enchanteurs

Dans le Var :

- le massif des Maures : il est réputé pour ses châtaigneraies : 2 000 hectares répartis sur les communes de Collobrières, capitale de la châtaigne, La Garde-Freinet, Gonfaron, Les Mayons et Pignans.

- à Camps-la-Source

Dans les Alpes-Maritimes :

  • - la vallée de la Tinée, le parc du Mercantour possède de jolies châtaigneraies
    - la vallée de la Vésubie
    - la vallée de la Roya

Dans les Alpes-de-Haute-Provence :

- dans le massif d’Annot et sur le plateau d’Albion
- au Fugeret, qui abrite la plus haute châtaigneraie de France
- à Revest-du-Bion.

Pour se faire plaisir

Un livre : Tout savoir sur les châtaignes et les châtaigniers dans les Alpes-Maritimes, de    Nicole Alunni, Baie des Anges, 2008.
Très documenté sur le sujet, cet ouvrage traite, après un bref historique, des origines du nom du châtaignier, de ses maladies, de la conservation des châtaignes et leurs utilisations, ainsi que de l’importance de la châtaigneraie dans le paysage et sa répartition. Puis il détaille, vallée par vallée, les spécificités des châtaignes et des châtaigneraies de la vallée du Var à la vallée de la Roya, en passant par la Tinée, la Vésubie, le Paillon et la Bévéra.

La visite d’une châtaigneraie : A Collobrières, rencontrez un castanéiculteur passionné : récolte, entretien du verger, greffe, transformation, floraison, la châtaigneraie n’aura plus de secret pour vous. Une balade gourmande vous sera proposée avec dégustation de crème de marron, miels, confitures, etc.
Châtaigneraie Godissard, chemin de Marianne, à Collobrières. Tél. : 06 73 49 70 18.
Renseignements : mpmtourisme.com/producteur/chataigneraie-godissard

Le brame du cerf

Des animaux

Au début de l’automne, cerfs et biches se rassemblent dans de grandes clairières pour s’accoupler. C’est la saison des amours On entend des cris rauques retentir dans les forêts. Car les cerfs entrent dans leur période de rut. Durant un mois, ils brament pour marquer leur territoire, éloigner leurs rivaux et attirer les femelles. Ils commencent dès la nuit tombée et peuvent bramer jusqu’au matin. Ils vont se battre pour asseoir leur domination, sous le regard des biches. Les bois et les cornes qui se cognent produisent des bruits assourdissants. Les luttes sont très physiques, si bien que les mâles peuvent perdre une vingtaine de kilos pendant cette période. La compétition peut durer plusieurs nuits. Les biches choisissent les mâles avec lesquels elles accepteront de s’accoupler. C’est un spectacle étonnant, très impressionnant à écouter et à voir.

Des lieux enchanteurs

Chaque année, cet événement a lieu à partir de la mi-septembre.

Dans les Alpes-de-Haute-Provence : avec un guide, Pierre Peyret, qui vous accompagne dans cette belle aventure. Il partage sa passion et vous donne toutes les informations concernant les cervidés, leurs habitudes, ainsi que des conseils précieux pour partager ce moment magique en toute discrétion afin de ne pas déranger les animaux. Pour une immersion complète dans la forêt incroyable.
Renseignements au 06 08 00 76 30 ou sur les site lescheminsdepierre.fr et ventouxprovence.fr.

Dans les Alpes-Maritimes : dans le Parc national du Mercantour, à Colmars-les-Alpes, avec un garde-moniteur et un accompagnateur en montagne.
Renseignements et inscriptions : Office de Tourisme de Colmars-les-Alpes : 04 92 83 41 92.

Pour se faire plaisir

Un livre bilingue et un CD : la Nuit du cerf, de Vincent Munier, éditions Kobalann, 2014.

Ce livre réunit des images captées au cœur de la forêt par Vincent Munier à l’époque du brame du cerf. Il est accompagné d’un CD de sons de la nature. Texte en français et en anglais.

Une visite : à Lagarde-d’Apt, sur le plateau d’Albion, le Domaine des Esfourniaux possède d’immenses enclos où vivent des cerfs, des biches, des daims et des chevreuils en semi-liberté. A ne pas manquer. Parc à cervidés, Les Esfourniaux, à Lagarde-d’Apt.
Renseignements au 04 90 75 01 04.

Admirer le spectacle de la nature